Courrier adressé à Monsieur Jean BURTIN Président Offices de Tourisme de France

Monsieur le Président,

Dans son édition du 26 avril dernier, le Journal du Dimanche a publié un encart titré «Les offices de tourisme bientôt supprimé ? » en faisant référence à un ouvrage que je prépare sur le tourisme et en particulier sur la nécessaire intervention publique dans ce secteur.

Comme vous le savez, je défends avec assiduité et conviction depuis mon élection au parlement, ce secteur d’activités trop fréquemment ignoré dans nos politiques publiques.
C’est donc avec une profonde amertume que j’ai, comme beaucoup d’acteurs du secteur, découvert ce titre en totale opposition avec mes convictions et propositions,

Je tiens par cette lettre à vous préciser mes principales propositions, qui seront précisées dans mon prochain ouvrage, et-que j’ai déjà eu l’occasion de formuler, et ce à plusieurs reprises.

La transformation du secteur du tourisme, liée principalement durant ces dernières années à l’amplification de l’utilisation du numérique et des nouvelles technologies par les touristes et les consommateurs de loisirs, implique de redéfinir l’intervention publique dans ce secteur.
Absolument convaincu de la pertinence de cette intervention publique, pour développer la fréquentation de nos destinations et garantir la cohérence entre la promesse que représente la marque et l’offre distribuée et commercialisée, j’appelle de mes vœux le renforcement du rôle d’Offices de Tourisme de France et donc celui des Offices de Tourisme.

Votre fédération rassemble toute la diversité des destinations françaises. Ces dernières doivent être toujours mieux promues et mieux coordonnées en particulier en direction de la première clientèle touristique de nos destinations : la clientèle française !

En effet, si la France est une destination touristique diverse où 80% des visiteurs internationaux sont concentrés sur trois territoires, sur l’ensemble du territoire national, la première clientèle en nombre demeure et d’assez loin, la clientèle française.

Si le GIE Atout France a pour mission principale de promouvoir La France et ses destinations auprès des clientèles internationales, je souhaite qu’OTF puisse être demain la structure qui fédère les acteurs publics et institutionnels afin de promouvoir la France et ses destinations auprès des clientèles françaises !

Fédérant plus de 2.500 adhérents et près de 12.000 salariés, OTF parait être la structure la plus pertinente pour rassembler les autres fédérations d’acteurs institutionnels intervenant dans le secteur.

Le développement prochain des intercommunalités, que j’appelle de mes vœux, et dont les organismes de promotion touristique seront adhérents de votre fédération est un argument supplémentaire pour que la structure que vous présidez joue ce rôle d’impulsion au niveau national.
La progression importante du tourisme urbain, le développement du regroupement des structures à l’échelle de 1’intercommunalité vont imposer cette dernière comme le niveau administratif ou institutionnel pertinent et représentatif de la notion de destination.
Ainsi, il est possible d’envisager que ce niveau intercommunal soit a dans le domaine du tourisme comme dans beaucoup d’autres, celui de l’avenir.

Je suis également favorable, en cette période de raréfaction des subventions publiques, au fait de rendre obligatoire la taxe de séjour sur l’ensemble des communes ou intercommunalités qui disposent d’une activité touristique réelle (nous pourrions imaginer déterminer cette réalité à partir d’un certain nombre de nuitées, par exemple).
Cela garantirait le financement des offices de tourisme intercommunaux et communaux dans la durée. Je souhaite très clairement pour cela que la collecte demeure au niveau local et que l’affectation de la taxe soit intégralement affectée à l’activité touristique et donc aux structures en charge de la développer et de la promouvoir à ce même échelon.

Il convient de rappeler que selon l’ex-DGCIS, 6000 communes pourraient être concernées par l’application de la taxe de séjour contre 2500 environ qui la mettent en place à l’heure actuelle.

Comme vous pouvez le constater, ma conviction et mes propositions ne sont en rien de «supprimer les offices de tourisme » mais bien au contraire de renforcer leur rôle.
Pour cela, il conviendra bien entendu, et comme beaucoup de vos adhérents le font déjà, d’adapter les missions et le rôle des Offices de Tourisme aux nouvelles attentes des touristes nationaux et internationaux.
Je nous sais tous deux très attachés à la défense de l’activité touristique et à la nécessaire intervention publique au sein de ce secteur.
Je vous propose donc que nous puissions très prochainement nous rencontrer, afin d’échanger sur ces propositions.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma respectueuse considération.

 

Ci dessous, l’article publié par le Journal du Dimanche du 26 avril 2015

[justified_image_grid lightbox=prettyphoto ids= »6060″]